EYSOC 2020

Printemps 2020 : la neige est encore dans certaines parties de la forêt jurassienne, donc sur les cartes de course d’orientation. Mais si nous sommes condamnés à orienter sur catching features, ce n’est pas à cause de cette neige tardive, plutôt par la grâce de la première grande peste du 21ème siècle – inutile d’en dire plus, vous savez de quoi il est question…

Voici des choses plus plaisantes en attendant des jours meilleurs : les EYSOC 2020, (European Youth Ski Orienteering Championships) – c’est à dire les championnats d’Europe de ski-orientation des moins de 18 ans, quoi !

Championnat d’Europe et du Monde de ski-orientation 2020

Le championnat d’Europe des jeunes et le championnat du Monde junior de ski-orientation ont eu lieu à Umeå, au nord de la Suède, du 22 au 26 février 2020. Prévus en Lettonie, l’absence de neige, là-bas comme chez nous dans le Jura, a contraint la fédération internationale à se replier sur les neiges suédoises. Pourtant, même si loin au nord, les conditions n’étaient pas forcément idéales…

EYSOC 2020 : Alina Niggli championne d'Europe de la longue distance et médaillée de bronze sur le sprint
Alina Niggli

Trois O-jurassiennes en Suède

Ojura était représenté par Natalja et Alina Niggli, et Justine Hamel. Natalja a pris part aux championnats du Monde junior (JWSOC 2020), alors qu’Alina et Justine étaient alignées sur les EYSOC 2020, le championnat d’Europe des jeunes, toutes au sein de l’équipe Suisse. Pour Natalja, c’était sa cinquième participation, la troisième pour sa cadette, et la première pour Justine.

Dans ce trio Ojurassien, il est amusant de constater que la Suisse a su trouver des ressources par delà ses frontières nationales : Alina et Natalja sont franco-suisses, elles auraient pu être membres d’une équipe française – si la France était présente pour ces compétitions, ce qui n’est pas le cas, au moins depuis qu’elles sont en âge d’y participer. Quant à Justine Hamel, elle est à la fois Suisse et Belge… La fédération suisse, plus dynamique dans cette spécialité, a su ne pas laisser passer les individualités de talent, et les résultats de nos Ojurassiennes sont là pour prouver qu’elle a eu bien raison.

Championnat d’Europe des Jeunes (EYSOC 2020)

Samedi : sprint

La première épreuve de ces championnats était un sprint de 3 kilomètres. D’entrée, Alina Niggli remporte le bronze. Pourtant, blessée à l’entrainement trois semaines auparavant, sa préparation n’a pas été idéale, basée plus sur du vélo et de la piscine que du ski. « J’ai quand même fait une bonne course, malgré un mauvais choix d’itinéraire pour le premier poste ». L’essentiel étant surtout que sa blessure ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

Résultats du sprint :

  1. Iuliia Khrennikova (Russie) – 12:41,

2. Alina Ignatova (Russie) – 13:13,

3. Alina Niggli (Suisse) – 13:16,

9. Justine Hamel (Suisse) – 14:55

EYSOC 2020 : Justine Hamel et Alina Niggli
Justine Hamel et Alina Niggli (photo : Jurg Niggli)

Dimanche : longue distance

Après le sprint, la longue distance a eu lieu dimanche. Alina fait mieux encore que la veille, car elle remporte l’épreuve avec plus 1:30 d’avance sur la deuxième, Luliia Khrennikova (Russie) vainqueur du sprint de samedi. « J’ai fait une course presque sans erreur, malgré un parcours très exigeant, avec des conditions de neige vraiment difficiles ».

Effectivement, même au nord de la Suède, rien n’est jamais acquis pour ce qui est de la neige : pluie en début de nuit, suivi par un gel intense, l’état des pistes pour cette épreuve n’avait rien pour faciliter la vie des concurrents. Beaucoup auront laissé du matériel dans les descentes en neige ultra-dure, y compris Natalja elle-même. « Le terrain était très compliqué, avec beaucoup de reliefs, beaucoup de traces et donc beaucoup de choix possibles – c’est pour cela que les écarts sont importants à l’arrivée ».

Résultats de la longue distance :

  1. Alina Niggli (Suisse) – 49:49,

2. Iuliia Khrennikova (Russie) – 51:22,

3. Elsa Hermansson (Suède) – 51:48

19. Justine Hamel(Suisse) – 1:06:13

Mardi : moyenne distance

Après une journée de repos, les épreuves ont repris mardi 25 février, avec la moyenne distance, une épreuve remportée par Alina en 2018, mais dont la formule avec départ en masse lui avait déjà posé problème en 2019 : « au début, j’étais dans le groupe de tête. Ensuite, avec les fourchettes, j’ai été séparée des deux meilleures russes. Je me suis retrouvée en tête d’un petit groupe et je pense que cela m’a déconcentré. J’ai fait plusieurs fautes, et les autres m’ont dépassé ». Elle finit en 5ème position, la tête du classement étant trustée par les concurrentes russes.

Résultats de la moyenne distance :

  1. Iuliia Khrennikova (Russie) – 23:18,

2. Alina Ignatova (Russie) – 24:07,

3. Elizaveta Baraeva (Russie) – 24:52,

5. Alina Niggli (Suisse) – 25:06

19. Justine Hamel (Suisse) – 32:6

Mercredi : relais

Le relais conclut traditionnellement les championnats. C’est un moment fort pour les athlètes, qui pour une fois jouent « collectif ». C’est aussi parfois une épreuve à surprise, lorsque la densité des talents dans une équipe met sur le podium des nations moins brillantes en individuel. C’était le cas pour la Suisse en 2019, mais c’est la Finlande qui aura joué ce rôle d’outsider cette année, reléguant nos Ojurassiennes au pied du podium.

Mais ce podium est particulièrement significatif de la spécialité : avec la Russie en première et troisième place, et la Finlande entre les deux, ce sont vraiment les pays forts de la spécialité, et les régions les plus propices à ce sport qui dominent l’épreuve. Ce qui ne retire rien, bien au contraire, aux performances de notre équipe Suisse-Ojurassienne qui remporte du coup une nouvelle médaille, le bronze cette fois, la Russie n’ayant droit qu’à une seule médaille pour ses deux équipes…

Pour Alina Niggli, « le départ en masse s’est mieux passé que pour la moyenne distance, car j’ai pu rester avec le groupe de tête et ensuite dépasser la russe avec qui j’étais sur le dernier poste. C’était une bonne course dans l’ensemble, sans grosses fautes ». Contrairement à ce que laisse à présent voir les listes de résultats, elle passe le relai en première position à sa relayeuse Elin Neuenschwander : arrivée avec plus d’une dizaine de secondes d’avance sur Alina Ignatova, son passage sur la ligne n’avait pas été enregistré par le boitier électronique.

Elin Neuenschwander ne parvient pas à faire aussi bien qu’Alina Niggli, mais passe tout de même le relai en cinquième position. Dernière relayeuse de l’équipe, Justine Hamel, l’autre Ojurassienne de l’équipe, fait mieux que maintenir la position : reprenant une place, elle ramène l’équipe sur le podium pour le bronze.

EYSOC 2020 : le relai suisse termine en quatrième position
photo : Jurg Niggli

Résultats des relais :

  1. Russie (Alina Ignatova, Anastasiia Beliakova, Iuliia Khrennikova) – 1:26:39,

2. Finlande (Lotte Line Ekstrom, Oili Holopainen, Vilma Pesu) – 1:31:55,

(HC). Russie (Valeria Saranina, Alena Kondratyeva, Elizaveta Baraeva) – 1:33:33,

3. (et médaille de bronze) Suisse (Alina Niggli, Elin Neuenschwander, Justine Hamel) – 1:40:24

Championnat du Monde junior (JWSOC 2020)

En même temps que les EYSOC 2020, et au même endroit, étaient organisés les championnats du Monde « adultes » et juniors. Natalja Niggli était engagée dans l’équipe suisse pour ces championnats junior. Mais le saut qualitatif entre jeune et junior est important : elle avait affaire à une compétition d’un autre niveau, dans laquelle elle sera restée loin des podiums malheureusement.

Dans ces catégories, la domination des pays scandinaves et de la Russie est écrasante, en nombre comme en performance. Sur le sprint, remportée par la suédoise Elin Schagerstrom en 12:07, Natalja finit 27ème, en seulement 14:56 – ce qui donne une idée de la densité des performances des compétiteurs. Pour la longue distance, la qualité de la neige aura eu raison de son matériel, et c’est en 33ème position qu’elle termine, à plus de 20 minutes de la première (Olesia Riazanova, Russie, en 1:16:51).

JWSOC 2020 : Natalja Niggli
Natalja Niggli, membre de l’équipe suisse pour les JWSOC 2020 à Umeå (Suède)

Même avec le jour de repos, la troisième épreuve fut toujours aussi difficile : « ma moyenne distance a très bien commencé, j’étais partie avec le groupe de tête. Nous avons pris quelques postes mais je me suis retrouvée à la mauvaise fourchette. Je ne savais plus du tout ou j’étais et j’ai perdu quelque minutes – décisives dans une moyenne surtout en mass-start. Après ça, je ne faisais plus de fautes, mais j’étais déjà clairement dépassée… »

Relai mixte

Restait le relais, mais au vu des épreuves précédentes, Natalja n’a pas été retenue pour l’équipe « majeure ». « J’étais dans un relais mixte, sur le troisième et dernier relais. Comme depuis le début des championnats, le terrain suédois était très difficile, autant techniquement que physiquement. Comparée aux courses dont nous avons l’habitude en Suisse et en France, c’est une toute autre difficulté. Je n’ai fait aucune faute sur ce troisième relais – c’est de loin la meilleure course de ma semaine. Malheureusement, cela ne comptait pour rien ».

Liens utiles :

Lien pour les EYSOC 2020 (championnat d’Europe des Jeunes) : https://eventor.orienteering.org/Events/Show/6409
Lien pour les JWSOC 2020 (championnat du Monde Junior) : https://eventor.orienteering.org/Events/Show/6408

Article paru dans le journal Le Progrès:

Le Progrès, 26 février 2020 - page 29 (rubrique sports)